MISS MARVEL : POLEMIQUE CHEZ LES SUPER-HEROS !




La première super-héroïne de confession musulmane de Marvel est arrivée ce mercredi 8 juin sur le service de streaming DISNEY +.


Cette «Miss Marvel», c’est Kamala Khan, une jeune Américaine de 16 ans issue d'une famille pakistanaise. Elle est le fruit de l'imagination de l'éditrice Sana Amanat, qui l’a créée en s'inspirant de sa propre enfance en tant qu'Américaine de religion musulmane. La scénariste G. Willow Wilson, convertie à l'Islam, a ensuite développé le personnage.


Forcément, en France Twitter s’est enflammé. Et des deux côtés !






La représentation des personnages musulmans dans les bandes dessinées a souvent été problématique, mais il y avait un chemin particulièrement délicat à parcourir dans un monde post 11 septembre.


« J’ai juste pensé que c’était tellement intéressant parce que je peux voir à quel point Kamala était différente des autres personnifications de personnages musulmans ou arabes dans les bandes dessinées précédentes - notamment d’autres personnages comme Dust qui étaient exotisés et où il y a tout un élément d’orientalisme en cours », explique le Dr Mel Gibson, professeur agrégé à l’Université de Northumbria et spécialiste des bandes dessinées.


En 2013, lorsque Marvel a annoncé qu’ils réinventaient le personnage de bande dessinée de Mme Marvel – à l’origine un héros militaire surpuissant blond – en tant qu’adolescente musulmane pakistano-américaine appelée Kamala Khan, cela a été considéré comme une proposition controversée et risquée. Les bandes dessinées, pour la plupart, ont traditionnellement été dominées par les hommes, et la diversité ethnique était peu mise en avant.





Pourtant, les chiffres liés à la vente des bandes dessinées Miss Marvel a démontré le contraire. « Miss Marvel est presque immédiatement devenue une bande dessinée à succès et l’une des plus grandes ventes en ligne », selon le Dr Gibson. « Elle a absolument bondi dans les ventes, et il a été considéré que cela siginfiait que de nouveaux lecteurs avaient été touchés : les femmes, les musulmans ou les Américains d’origine pakistanaise par exemple. L’idée de savoir qui lit les bandes dessinées et comment ils les lisent était en train de changer. Cela a aidé à attirer de nouvelles personnes et à diversifier la base de fans. »


Kamala fait face à un ensemble familier de défis, grandissant comme une fille consciencieuse dont les parents immigrants pakistanais protecteurs (Zenobia Shroff, Mohan Kapur) sont perplexes face à son dévouement aux jeux vidéo, griffonnant et se comportant comme une fan obsédée par tout ce qui concerne Avengers, en particulier Captain Marvel.


Mais justement, c'est ce point qui est abordé en critique : l’intrigue montre qu’elle est religieuse, mais qu’elle a du mal à pratiquer sa foi. Elle s'amourache de garçons, elle aimerait manger de la nourriture non halal. Je vous invite à regarder cette vidéo (en anglais mais mettez les sous-titres en français) qui en fait un gros développement. MS MARVEL- MUSLIM SUPERHERO LOVES PIG? - YouTube





L'UNIVERS SUPERHEROS


L'univers cinématographique Marvel (en anglais : Marvel Cinematic Universe) est une franchise cinématographique produite par Marvel Studios mettant en scène des personnages de bandes dessinées de l'éditeur Marvel Comics, imaginée et mise en route par Kevin Feige à partir de 2008. Marvel Studios est la propriété de The Walt Disney Company.


Les films qui font partie de cet univers Marvel partagé sont, à l'origine, ceux mettant en vedette Les Avengers, un groupe de super-héros comprenant Iron Man, Hulk, Thor, Black Widow, Hawkeye et Captain America.


Mais probablement que vous connaissez tous Superman. Ses créateurs, l’artiste Joe Shuster et l’écrivain Jerry Siegel, étaient tous deux juifs, et l’histoire du bébé Kal-El s’échappant de Krypton dans une fusée a été inspirée par l’épisode biblique de Moïse descendant le Nil dans un panier.


Le musée Jewish Museum of Belgium a proposé une exposition intitulée Superheroes Never Die (les super-héros ne meurent jamais). Dans cette exposition, était retracé le parcours de Superman, Batman, Captain America.

On y apprend que Superman a été imaginé par deux amis américains, Jerry Siegel et Joe Shuster, tous deux fils d’immigrés juifs, ont rêvé de la manière dont Superman arrêterait la Seconde Guerre mondiale. Une planche nous le montre : « Posez-moi à terre! Tu me fais du mal », proteste Adolf Hitler à l’homme d’acier. Mais Superman a d’autres idées. S’emparant du dictateur nazi, Superman tire en l’air, plus vite que n’importe quel avion, pour récupérer Josef Staline à Moscou. Prochaine étape Genève pour déposer les « scélérats fous de pouvoir » à la Société des Nations, où ils sont reconnus coupables d'«agression non provoquée contre des pays sans défense ».


La bande dessinée How Superman Would End the War est parue dans Look Magazine, près de deux ans avant que les États-Unis n’entrent dans le conflit contre l’Allemagne nazie en tant qu’alliés de l’Union soviétique. À l’époque, peu de gens savaient que les créateurs de Superman, le scénariste Jerry Siegel et le dessinateur Joe Shuster, étaient des enfants d’immigrants juifs. L’idée de Superman en tant que messie est à l’origine de sa conception : il a en fait été conçu comme le parfait héros, une sorte de super-héros messianique.


Le commissaire de l’exposition, Bruno Benvindo, estime que les immigrants juifs de première et de deuxième génération aux États-Unis ont été attirés par la bande dessinée, en partie à cause des faibles barrières à l’entrée. « Vous n’avez pas besoin de beaucoup de technologie pour faire une bande dessinée, juste un stylo et une bonne histoire » a-t-il dit.


D'ailleurs, pour la petite anecdote : Siegel et Shuster ont vendu les droits à Superman pour 130 $ en 1938.


Batwoman : En fait, Kate célèbre Hanoukka avec son père et sa petite amie Renee Montoya dans différentes histoires, montrant à quel point sa spiritualité est significative pour ses relations personnelles avec ses proches.




Par exemple, pour Batman, il a fallu chercher une histoire où il meurt pour déduire, d’après la forme de la croix sur sa tombe, qu’il a été élevé dans la religion épiscopalienne !





Hulk se marie devant un prêtre



C’est une phrase classique que nous connaissons tous dans THE AVENGERS où Steve Rogers (Captain America) dit à Black Widow: « Il n’y a qu’un seul Dieu, et je suis à peu près sûr qu’il ne s’habille pas comme ça. »


The Avengers 2012 - There is only 1 GOD scene - YouTube


Même si le film a été écrit et réalisé par Joss Whedon, un athée autoproclamé, les cinéastes ont gardé Rogers fidèle à son personnage et à l’époque où il a grandi.



Et vous, qu'en pensez-vous ? Avez-vous vu la série Miss Marvel ?