LES EXTRATERRESTRES



Sorti le 11 juin 1982 par Universal Pictures, E.T. a connu un succès immédiat. Le film raconte l'histoire d'Elliott, un petit garçon solitaire qui se lie d'amitié avec un extraterrestre abandonné sur Terre. Avec son frère et sa sœur, Elliott va le recueillir puis l'aider à reprendre contact avec ses congénères, tout en essayant de le garder caché de leur mère et du gouvernement américain.


De tout temps, les extraterrestres font l’objet de spéculations humaines : existe-t-il une forme de vie en dehors de celle qui existe sur la planète Terre ?


Oui, les religions mentionnent qu’il existe d'autres formes de vie que la forme humaine classique : anges, esprits, sont autant de créatures mentionnées à de nombreuses reprises dans tous les textes de la Torah orale et de la Torah écrite, dans le Nouveau Testament, dans le Coran et la Sunnah, en allusion ou de manière explicite.


Mais la question des petits hommes verts qui se promènent en soucoupe volante, c’est autre chose.

Au XVIIe siècle, sous l’effet des théories de Copernic, le monde se révèle bien plus grand qu’on ne l’imaginait et que la Terre perd sa centralité dans l’Univers, la question de la pluralité ou non des mondes éclate. La possibilité de plusieurs planètes habitables devient admise[1].


Dans la biographie du Rav Moché Feinstein[2], on lit « En 1968, la première fusée avec des hommes à bord pris le départ pour la lune. La question se posa de savoir si on découvrirait des créatures. Beaucoup de gens à l'époque vinrent demander à Rav Feinstein ce qu'il pensait de tout cela. « Ils ne trouveront rien !, fut sa réponse catégorique. - Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer cela ?, insista-t-on. - Je n'ai pas rencontré, dans toute la Torah, la moindre allusion à des créatures vivant ailleurs que sur la terre ! »... »


Dans le Coran, il existe un verset qui dit : « اللَّهُ الَّذِي خَلَقَ سَبْعَ سَمَاوَاتٍ وَمِنَ الْأَرْضِ مِثْلَهُنَّ يَتَنَزَّلُ الْأَمْرُ بَيْنَهُنَّ لِتَعْلَمُوا أَنَّ اللَّهَ عَلَىٰ كُلِّ شَيْءٍ قَدِيرٌ وَأَنَّ اللَّهَ قَدْ أَحَاطَ بِكُلِّ شَيْءٍ عِلْمًا » : « Dieu est Celui qui a créé sept cieux, et comme terre ce qui est semblable à (ces cieux) » (Coran 65,12).


On lit aussi que « Dieu est Celui qui a créé sept cieux, et comme terre ce qui est semblable à (ces cieux) », dit : « C'est-à-dire qu'il y a sept terres. Sur chaque terre il y a un Adam comme votre Adam, un Noé comme votre Noé, un Abraham comme votre Abraham, un Jésus comme votre Jésus, et un Prophète (Muhammad) comme votre (Muhammad) »[3].


« Cela signifie que sur chacune de ces terres habitent des gens qui descendent d'un père unique, comme les fils de Adam descendent sur notre terre de Adam, que la paix soit sur lui. Et puis qu'il a existé sur chacune de ces terres des personnalités qui y ont eu une place éminente, comme (celle que) Noé, Abraham, etc. (ont eue) parmi nous »[4].


En revanche, il y a divergence sur la manière de comprendre ce hadith, certains ulemas considèrent qu’il n’est pas authentique.


Selon al-Bayhaqî et as-Suyûtî, cette parole n'est pas établie de façon authentique à Ibn Abbâs[5] mais en revanche, al-Hâkim et adh-Dhahabî attribuent cette parole à Ibn Abbâs et la jugent authentique[6].


Tout comme pour cette interprétation dans l’islam, dans le christianisme également certains versets sont interprétés :

Pour certains, trois passages des Écritures évoqueraient une vie extraterrestre, mais ce ne sont pas des hypothèses très sérieuses. D’aucuns citent un passage de l’Évangile en Jean 10, 16 : « J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie ; celles-là, il faut que je les amène ; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger. ».Si cette évocation ne semble pas convaincante, il y a également ce passage pour le coup réellement étrange et mystérieux au début du livre de la Genèse au chapitre 6 où il est fait mention de ces créatures appelées « fils de Dieu » s’emparant des femmes des humains. Ou encore ce passage dans le livre des Hébreux (11, 3) qui dit : « Par la foi, nous comprenons que les mondes ont été formés par une parole de Dieu, de sorte que ce que l’on voit provient de ce qui n’est pas apparent. »


Aujourd’hui, l’ « exo-théologie », c’est à dire la recherche sur les implications théologiques d’une vie extraterrestre, reste l’apanage de quelques théologiens audacieux. Elle est une branche de la théologie plutôt dissidente, puisqu’elle se base sur des spéculations.


Aucune religion ne se prononce sur l'existence d'une vie intelligente extraterrestre. Personne ne dit oui, ou non, de manière tranchée.


De manière tranchée, il est indiqué que

- Il existe une forme de vie en dehors de la vie terrestre, sous forme d’esprits, d’anges etc.

- Et Dieu n’a aucune limite. Il peut tout créer. D’ailleurs en 1277, l’archevêque de Paris, Mgr Etienne Tempier, a condamné la proposition de la tradition aristotélicienne selon laquelle la cause première qu’est Dieu n’aurait pas pu créer de nombreux mondes[7].



 

NOTES

[1] Alexandre Koyré, Du monde clos à l'univers infini, Gallimard, p. 24-27 [2] Aharon Beri, editions Emounah, p272 [3] cité dans Fat'h ul-bârî, 6/352, une version très voisine est citée dans Tafsîr Ibn Kathîr au commentaire du verset cité. [4] cité dans Bayân ul-qur'ân, tome 12 p. 18 ; notes de Abû Ghudda sur Dhafar ul-amânî, p. 572 [5] notes de Abû Ghudda sur Dhafar ul-amânî, pp. 570-571 [6] relaté par Abû Ghudda dans ses notes sur Dhafar ul-amânî, pp. 570-571 [7] Étienne Tempier, La condamnation parisienne de 1277, édition du texte latin et trad. David Piché, Vrin, 2002.