CHAPITRE 48 : LANCEMENT DES ETATS GENERAUX DE LA LAÏCITE

Ce mardi 20 avril 2021 marque le lancement des États généraux de la laïcité.


Dans le système politique du royaume de France, les états généraux du royaume (ou États-Généraux) étaient une assemblée réunissant les trois ordres (les états) de la société : la noblesse, le clergé et le tiers état. Ils étaient convoqués, sur ordre du roi, dans des circonstances exceptionnelles (crise politique ou financière, guerre ou question diplomatique majeure). Cette assemblée était, entre autres, seule habilitée à réformer la fiscalité générale ou, dans une moindre mesure, à statuer sur des problèmes dynastiques, en vue de traiter la crise rencontrée.


Dans le dossier presse, Marlene Schiappa nous dit " La laïcité est le ciment de la citoyenneté. C’est ce qui nous permet à tous d’être considérés comme citoyens à part entière. Nous lançons aujourd’hui les États généraux de la laïcité, un grand temps de débat sur l’ensemble du territoire, jusqu’à l’été! La laïcité, pour les Français, c’est la loi de 1905, qui permet à chacun de croire ou de ne pas croire sans être inquiété pour cela, qui garantit la liberté de conscience, la liberté de culte, ainsi que la séparation des Églises et de l’État. C’est le socle de notre République. Pourquoi des États généraux de la laïcité? Je souhaite que la laïcité s’incarne profondément dans le quotidien des Français. Elle est un vecteur d’émancipation et permet la consolidation de la citoyenneté en opposition à des discours communautaristes ou hostiles, qui émergent notamment chez les plus jeunes. La laïcité permet de construire un destin commun. La grande majorité des Français y sont attachés. Faisons vivre la laïcité partout sur les territoires ! Ce processus donnera lieu à des temps forts les prochains mois pour éclairer les politiques publiques en matière de laïcité, en s’appuyant sur l’avis des citoyens, l’action des acteurs de terrain et le travail des associations."


Une large consultation est organisée avec Make.org auprès des 18-35 ans sur la thématique de la laïcité: « Comment faire vivre la laïcité au quotidien? ». Cette consultation a pour objectif de recueillir l’avis et les propositions de plusieurs dizaines de milliers de personnes. Je me suis rendue sur la plateforme de consultation pour voir les idées soumises depuis ces deux jours, et pour voter évidemment ^^ La plateforme attend 100 000 votes, et en a actuellement recueilli 25 329. (25.3%)


Pour l'instant, ça reste de bonnes idées, malgré deux-trois propositions en lien avec le bannissement des signes religieux sur les mineurs. Mais ce genre de proposition recueille 40% de "surtout pas" aujourd'hui. Vous pouvez participer ici.


À la fin de l’été, il y aura une restitution des résultats lors du forum de la laïcité et de la citoyenneté sera rendue publique : nous aurons une vue sur l'ensemble des travaux, les propositions qui en découlent ainsi que les initiatives et bonnes pratiques de terrain. Tout au long du projet, une plateforme numérique permettra aux citoyens de s’informer de partager et de participer aux concertations. Une cartographie interactive mettra en avant les projets des acteurs de terrain en matière de laïcité. Un espace dédié sera créé sur le site internet du ministère de l’Intérieur. Il permettra de découvrir des initiatives locales en matière de laïcité, de participer aux consultations, de suivre les étapes des États généraux. Pour l'instant, elle n'est pas en ligne.


Haim Korsia devait être entendu hier par Marlène Schiappa au sujet de ces états généraux mais l'entretien a été reporté. Ce jeudi 22 avril, François Clavairoly, le président de la Fédération protestante de France est reçu. Le rendez-vous entre Marlène Schiappa et le président de la FPF, déjà très critique sur le projet de loi séparatisme, se déroulera après qu’il a sollicité un entretien auprès du premier ministre et du ministre de l’intérieur. En effet, inquiet de la disparition programmée de l’Observatoire de la laïcité, François Clavairoly explique qu’une remise à plat dans ce domaine ne peut se faire sans consulter les cultes. La Conférence des évêques de France (CEF), qui en a appris le lancement dans la presse, se dit également prête à prendre part aux réflexions. Marlène Schiappa et son cabinet ont également pris contact avec Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM). Le Conseil national des évangéliques de France (Cnef) souhaiterait également « apporter sa pierre à l’édifice » et son « regard de terrain ». Mais, pour le moment, il n’a pas été sollicité.


Ces états généraux ont moins de 2 jours et ont déjà suscité la polémique : « On ne fait pas un débat après une loi », a dénoncé sur France Info l’eurodéputé EELV Yannick Jadot, une référence au projet de loi luttant contre le « séparatisme ». « Marlène Schiappa lance les états généraux de la laïcité après que son gouvernement en a fait un outil de stigmatisation des musulmans » avec la loi « séparatisme », a également déclaré la sénatrice (EELV) Esther Benbassa. « On prépare le terrain pour remplacer l’Observatoire de la laïcité, qui faisait un excellent travail (…) par un nouvel organe à la solde du gouvernement », a estimé pour sa part Aurélien Taché, député ex-LREM, pour qui ces états généraux sont une « une opération de communication grotesque ». Pour le patron des Verts Julien Bayou, ces Etats généraux, «c’est bidon», alors qu’est discuté au parlement le projet de loi séparatismes. «Que va-t-il en sortir ? Des propositions qu’on aurait dû mettre» dans le projet de loi ?, a-t-il interrogé sur RTL-LCI-Le Figaro. «J’ai l’impression qu’à chaque fois que le sujet identitaire commence à se calmer, le gouvernement remet cent balles dans la machine», a pour sa part réagi le député LFI Eric Coquerel sur franceinfo: «Mme Schiappa et le gouvernement recyclent la vision de la laïcité qu’ils ont, c’est-à-dire une arme de guerre contre une seule religion», en l’occurrence la «religion musulmane» qu’ils érigent en «bouc émissaire», a-t-il accusé.


Inaugurée par une conférence de l’historien Jean-François Chanet et du philosophe Pierre Henri Tavoillot au Conservatoire national des arts et métiers, les états généraux ont été suivis d’autres interventions du philosophe Henri Pena Ruiz et de la polémiste Caroline Fourest, partisans d’une lecture de neutralisation religieuse de la laïcité.


Pierre Henri Tavoillot a, dans sa conférence, expliqué que la définition de la laïcité « est très claire : ceux qui ne veulent pas comprendre ne veulent pas comprendre. »


Le contraire de la laïcité n’est pas la religion, d’après Pierre Henri Tavoillot, mais « le fondamentalisme c’est-à-dire le principe qui nie la distinction des sphères politiques et religieuses et qui considère que la religion doit gérer absolument tout ». L’intervention de Pierre Henri Tavoillot a pris une tournure radicale lorsqu’il a évoqué les tendances fondamentalistes des religions. « L’islam est particulièrement bien armé pour des raisons historiques à la tentation fondamentaliste, a-t-il ajouté en illustrant son propos d’une lecture du penseur pakistanais Mawdudi, allant jusqu’à qualifier le fondamentalisme musulman de religion « totalitaire ». L’homme a aussi taclé l’islamogauchisme et son fief, l’université. « Toutes les civilisations ont pratiqué l’esclavagisme, l’impérialisme, le colonialisme, le patriarcat. Une seule a inventé le féminisme, l’anti-esclavagisme : la civilisation de la démocratie. Et nous devrions avoir honte que toutes ces conquêtes dans le monde occidental sont le fait de cette civilisation-là ? Tous les humains sont grands, aucune autre civilisation n’a dit cela. »


Suite à ces deux premiers jours, deux ouvrages pour répondre à toutes les « atteintes » à la laïcité dans la vie scolaire et la création d’une chaire de la laïcité au CNAM*, ont été annoncés.


*Le Conservatoire national des arts et métiers est un grand établissement d’enseignement supérieur et de recherche français placé sous la tutelle du ministère chargé de l'Enseignement supérieur. Il est dirigé par un administrateur général, nommé par le président de la République pour un mandat de cinq ans.


Si vous souhaitez retrouver le replay de la conférence entre Nicolas Cadène (Observatoire de la laïcité) et François Clavairoly, c'est ici : Conférence de N. Cadène et F. Clavairoly : Protestantisme et la laïcité (protestants.org)


Si vous souhaitez retrouver le replay de la conférence du CNAM avec Jean-François Chanet, historien, recteur de l'académie de Besançon ; Pierre-Henri Tavoillot, philosophe, président du Collège de philosophie. Conférence "Laïcité, une histoire française" (1) - YouTube



181 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

CHAPITRE 50 : LE CONCORDAT ET LA TROISIEME REPUBLIQUE

On a vu hier la période de Déchristianisation post Révolution française et donc aujourd’hui on voit la suite de l’histoire avec l’instauration du Concordat. Voici le lien de la vidéo en replay ici. On

CHAPITRE 49 : LA DECHRISTIANISATION

Bonjour à tous, Voici le script du live qui s'est déroulé tout à l'heure et que vous pouvez regarder en replay ici. LA DECHRISTIANISATION On connait tous 1789, le 14 juillet, la prise de la Bastille,

J'ai une question

© 2021 Barbara Moullan