CHAPITRE 36 : LES APPARITIONS MARIALES

Hier, j'assistais à une conférence sur Marie dans le Christianisme et dans l'Islam. Outre le fait que cela fusse bien sûr passionnant, un passage de la conférence m'a laissée plutôt perplexe. Il s'agissait des apparitions de Marie à Zeitoun. Des photos, des vidéos, ont été prises de ces apparitions.





Retour sur les faits : dans la banlieue du Caire en Egypte, se trouve l'église copte de Zeitoun. Un soir d'avril 1968, la Vierge Marie apparut pour la première fois, et ce, durant plusieurs soirs, déplaçant des milliers de personnes, athées, agnostiques, chrétiennes, musulmanes... croyantes ou sceptiques.


Première question : comment sait-on que c'est la Vierge Marie ? Elle portait, selon les témoins, (et les photos capturées de ces apparitions), une tenue bleu pâle, avec laquelle on la représente, ainsi qu'un voile blanc. Puis, elle arborait une auréole. Certains ont même vu "l'enfant Jésus" dans ses bras. Elle semblait très jeune.


Cette histoire fait écho à Lourdes, et Bernadette Soubirous. Cette dernière est connue pour avoir témoigné de dix-huit apparitions mariales à la grotte de Massabielle entre le 11 février et le 16 juillet 1858. C'est pour cela qu'aujourd'hui les gens se rendent par milliers à Lourdes, suite aux apparitions de la Vierge Marie à Bernadette.


Mais est-ce possible? Que dit l'Eglise à propos de cela?


Tout d'abord, malgré les milliers d'apparitions recensées dans le monde, l'Eglise catholique n'en reconnaît que certaines, 17 en tout.


"Je répandrai mon Esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront, vos anciens auront des songes, vos jeunes gens, des visions." (Joël 3,1 - cf. Actes 2,16-21).


Gerson, auteur d'un traité sur le Discernement des esprits (De probatione spiritum), indiquait déjà au XIV° siècle (traité "sur la distinction des vraies et des fausses visions") cinq signes permettant de reconnaître les véritables révélations :

- l'humilité

- la discrétion

- la patience du voyant

- la vérité des révélations

- la charité ou l'amour de Dieu


"Il est des personnes tellement remplies des fantômes de l'imagination qu'elles croient voir réellement tout ce qu'elles pensent." Sainte Thérèse d'Avila, Château de l'Ame, Sixième Demeure


C'est avec prudence que l'Eglise, face à ces phénomènes surnaturels, a établi des critères qu'elle retient lors de ses examens. Ils sont de trois ordres :


- critère historique, avec examen approfondi des différentes sources relative à l'événement, informations, témoignages, etc..

- critère psychologique, avec analyse de la personnalité du voyant (sur les plans intellectuel, psychique, spirituel…), et du contexte social, religieux… dans lequel il vit.

- critère théologique, avec examen des conditions dans lesquelles se produit l'apparition, aspect physique et s'il y a lieu, contenu des messages, etc. : orthodoxie (conformité à la foi et aux mœurs) et transparence (références à Dieu, au Christ, à l'Evangile, au service de Dieu et des hommes…) sont de rigueur. Les signes (guérisons, conversions, miracles, …) sont également étudiés avec soin.


"En cette matière l'Eglise use d'une telle prudence qu'elle ne permet point que l'on relate ces traditions dans des écrits publics, sinon avec de grandes précautions et après insertion de la déclaration imposée par Urbain VIII. Encore ne se porte-t-elle pas garante, même dans ce cas, de la vérité du fait. Simplement elle n'empêche pas de croire des choses auxquelles les motifs de foi humaine ne font pas défaut." Pie X, Encyclique "Pascendi", 8 septembre 1907.


La reconnaissance de l’authenticité des apparitions mariales appartient en théorie au Saint-Siège.


« Dans la pratique, les papes ont laissé une large initiative aux évêques diocésains. C’est avec le cardinal Ottaviani et surtout le cardinal Ratzinger que le contrôle de Rome s’est précisé », explique le P. René Laurentin qui rappelle que, en 1987, le cardinal Ratzinger avait critiqué l’évêque vénézuélien de Los Teques pour avoir reconnu les apparitions de Betania sans en référer à la Congrégation pour la doctrine de la foi.


L'année dernière, vous vous souvenez peut-être de cette histoire qui avait fait grand bruit dans le monde catholique : le pape François avait mis en garde en juin 2015 les croyants suspendus à « la lettre que la Vierge enverra à 16 heures ».


En effet, la Congrégation pour la doctrine de la foi statuait sur le cas des « apparitions » dans la ville d’Herzégovine. Le pape François avait invité à la prudence face aux apparitions dites régulières de la Vierge.


« La Vierge, avait-il lancé, n’est pas le chef du bureau de poste qui enverrait des messages tous les jours. »


En 2010, à Rome, l’archevêque de Lipa avait proposé que l’Église définisse « Marie Médiatrice » comme cinquième dogme marial, idée très critiquée dans l’Église catholique.


En 1965, dans la constitution dogmatique Lumen gentium, le concile Vatican II avait toutefois reconnu que « la bienheureuse Vierge est invoquée dans l’Église sous les titres d’avocate, auxiliatrice, secourable, médiatrice, tout cela cependant entendu de telle sorte que nulle dérogation, nulle addition n’en résulte quant à la dignité et à l’efficacité de l’unique Médiateur, le Christ ».


Quels sont les dogmes mariaux ?


1. La Maternité divine – Lors du Concile d’Éphèse, en 431, le Pape Célestin Ier a défini et proclamé la Maternité divine, car Marie a enfanté "le Fils de Dieu fait homme".

2. La Virginité perpétuelle de Marie – Puis ce fut au Concile du Latran, en 649, par le Pape Martin Ier, la proclamation de la Virginité perpétuelle de Marie.

3. L’Immaculée Conception – Le Pape Pie IX, le 8 décembre 1854, définit le Dogme de l’Immaculée Conception de Marie qui, par un privilège de Dieu et en regard des mérites de Jésus, fut préservée, dès sa conception, de la tache du péché originel. Quatre ans plus tard, soit le 25 mars 1858, voici que l’Immaculée va confirmer la formule théologique de Sa Sainteté Pie IX en confiant à Bernadette son identité: «Je suis l’Immaculée Conception», ce dont Bernadette n’avait jamais entendu parler.

4. L’Assomption de la Vierge Marie – Le 1er novembre 1950, le Pape Pie XII définit le Dogme de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie, que «les simples fidèles, les représentants des nations et des provinces ecclésiastiques, ainsi que de nombreux Pères (sous entendu Pères de l'Eglise, c'est à dire ceux qui ont œuvré pour construire l'Eglise telle qu'elle est aujourd'hui)» espéraient tant, surtout depuis la proclamation du Dogme de l’Immaculée Conception. L’Église était en liesse quand le Pape Pie XII déclara: "Nous proclamons, déclarons et définissons que c'est un dogme divinement révélé que Marie, à la fin du cours de sa vie terrestre, a été élevée en âme et en corps à la gloire céleste."


LISTE DES APPARITIONS


17e apparition : San Nicolàs (Argentine, 1983)

Les apparitions de San Nicolàs ont été reconnues le 22 mai 2016.

Du 15 novembre 1983 au 11 février 1990, une mère de famille, Gladys Quiroga de Motta, a déclaré avoir vu la Vierge pour la première fois le 25 septembre 1983. Elle est inculte. La Vierge Marie se présente portant l’Enfant Jésus. Les premières fois, elle ne parle pas, mais elle sourit ou devient triste. Puis, elle lui transmet des messages concernant la paix, la réconciliation, la pénitence, la prière et la volonté de Dieu de « renouveler son alliance avec son peuple, par Marie son Arche d’Alliance ».


16e apparition : Lipa (Philippines 1948)

Les apparitions de Lipa ont été reconnues le 12 septembre 2015.

Du 12 septembre au 12 novembre 1948, la Vierge est apparue à une dizaine de reprises à Teresita Castillo, une novice carmélite de 21 ans, en se présentant comme « Marie Médiatrice de toutes grâces ».


15e apparition : Champion (Wisconsin, États-Unis, 1859)

Les apparitions de Champion ont été reconnues le 8 décembre 2010

En octobre 1859, la Vierge Marie apparaît trois fois à Adèle Brise, à Champion À l’issue d’une Messe, la jeune femme raconte ces apparitions à son confesseur. Elle explique avoir vu une femme vêtue d’un blanc éblouissant, et portant une couronne d’étoiles sur la tête. Le prêtre l’invite à demander l’identité à la dame. La Vierge lui répondra : « Je suis la Reine du Ciel qui prie pour la conversion des pécheurs, et je désire que tu fasses comme moi ».


14e apparition : Le Laus (France, 1664)

Les apparitions du Laus ont été reconnues le 4 mai 2008

En mai 1664, dans le vallon des Fours (Hautes-Alpes), dans une petite grotte, une « belle dame au visage resplendissant tenant un enfant par la main et portant une couronne » apparaît pour la première fois à Benoîte Rencurel, une bergère illettrée de seize ans. Ces apparitions ont duré 54 ans, jusqu’à la mort de Benoîte en 1718.


13e apparition : Amsterdam (Pays-Bas, 1945),

Les apparitions d’Amsterdam ont été reconnues le 31 mai 2002

Le 25 mars 1945, la Vierge apparaît à Ida Peerdeman, à Amsterdam. C’est la première de 56 apparitions qui ont lieu entre 1945 et 1959. Dans ces messages, Marie révèle le plan que Dieu veut réaliser à travers elle, pour le salut du monde et pour l’avènement d’une nouvelle ère. Elle se présente en disant : « Je me tiens sur ce globe terrestre, parce que je veux qu’on m’appelle “la Dame de tous les peuples” ». Elle invite à faire pénitence.


12e apparition : Kibeho (Rwanda, 1981)

Les apparitions de Kibeho ont été reconnues le 21 juin 2001. La Vierge Marie est apparue entre 1981 et 1983 à des pensionnaires du collège de Kibeho dans le sud du Rwanda. Elle s’est présentée comme « Mère du Verbe ».


11e apparition : Betania (Venezuela, 1976-1988)

Les apparitions de Betania ont été reconnues le 21 novembre 1987

Le 25 mars 1976, à Betania, près d’une grotte, la Vierge apparaît à Maria Esperanza Medrano. Elle continue à lui apparaître jusqu’en 1988. Pendant toutes ces années, Maria reçoit un grand nombre de messages pour le monde et est continuellement gratifiée de charismes extraordinaires : don de guérison, communions reçues mystérieusement et émissions inexplicables de parfums de fleurs.


10e apparition : Akita (Japon, 1973-1981)

Les apparitions d’Akita ont été reconnues le 22 avril 1984

Le 12 juin 1973, Sœur Agnès Sasagawa Katsuko voit sortir des rayons de lumière du tabernacle de la chapelle de son couvent, à Akita (Japon). Le 24 juin, les rayons de lumière sont encore plus éblouissants. Le 28 juin, une plaie en forme de croix apparaît sur le poigner de sa main gauche. Le 6 juillet, une plaie similaire se forme sur la main droite de la statue de la Vierge. Le phénomène se répète plusieurs fois, mais elle conserve un merveilleux sourire, malgré sa souffrance.


9e apparition : Giertzwald (Pologne, 1877)

Les apparitions de Giertzwald ont été reconnues le 25 juillet 1977

En 1877, dans un village polonais, à Gietrzwald, la Vierge Marie apparaît à 160 reprises à deux jeunes filles : Justyna Szafrynska (13 ans) et Barbara Samulowska (12 ans). Le 30 juin, elle dit : « Je désire que vous récitiez le rosaire tous les jours ». Le 1er juillet, elle se présente : « Je suis la très sainte Vierge Marie Immaculée ». Les messages invitent à la prière et à la pénitence.


8e apparition : Banneux (Belgique, 1933)

Les apparitions de Banneux ont été reconnues le 22 août 1949

En 1933, dans un petit village au sud de Liège, à Banneux, la Vierge Marie apparaît à Mariette Béco (11 ans). Un soir, la jeune fille voit avec surprise une lumière dans le jardin. Elle aperçoit ensuite une dame qui l’invite à se rapprocher. Mariette s’en va, puis revient : la dame est toujours là. Elle se présente comme la « Vierge des Pauvres ». Lors de la dernière apparition, Marie dit à Mariette : Je suis la Mère du Sauveur, Mère de Dieu. Priez beaucoup.



7e apparition : Beauraing (Belgique, 1932)

Les apparitions de Beauraing ont été reconnues le 2 juillet 1949

De 1932 à 1933, la Vierge Marie apparaît 33 fois à Fernande (15 ans), Gilberte (13 ans) et Albert Voisin (11 ans) à Beauraing, en Belgique. « Êtes-vous la Vierge Immaculée ? » questionnent les enfants. Elle répond par un signe affirmatif de la tête. La Vierge demande à ce que l’on vienne en pèlerinage. Le 3 janvier 1933, Marie confie un ultime secret aux enfants : « Je convertirai les pécheurs » et se nomme à nouveau « Je suis la Mère de Dieu, la Reine des cieux. »


6e apparition : Knock (Irlande, 1879)

Les apparitions de Knock ont été reconnues le 1936

Le 21 août 1879, Mary McLoughlin (quarante-cinq ans) et Mary Byrne (vingt-neuf ans) aperçoivent des images lumineuses sur la façade de l’église paroissiale à Knock (Irlande). Elles voient la Vierge Marie, accompagnée de saint Joseph et de saint Jean l’Évangéliste. Elles avertissent toutes les personnes à l’entourage : quinze personnes voient la Vierge pendant près de deux heures. Aucun message n’est donné. Les témoins voient aussi un autel sur lequel se tiennent un agneau et une croix.


5e apparition : Fatima (Portugal, 1917)

Les apparitions de Fatima ont été reconnues le 13 octobre 1930

Le 13 mai 1917, après avoir assisté à la messe, Lucia, Francisco et Jacinta, trois jeunes bergers, mènent leur troupeau à Cova da Iria (Portugal). Après avoir récité le chapelet, un éclair les surprend. Ils voient sur un petit chêne vert, une dame vêtue d’un blanc plus brillant que le soleil. « La lumière l’environnait ou plutôt émanait d’elle (…). Nous étions près d’elle (…), à 1 mètre et demi de distance, plus ou moins. Elle paraissait plus de 18 ans ».



4e apparition : Pontmain (France, 1871)

Les apparitions de Pontmain ont été reconnues le 2 février 1872

Le 17 janvier 1871, Eugène Barbedette (13 ans), fils d’un paysan, regarde le ciel et la neige tomber. Soudain, au-dessous du toit d’une maison voisine, il voit une dame vêtue d’une robe bleue parsemée d’étoiles d’or. Elle porte une couronne sur la tête et lui sourit. Trois autres enfants verront la belle Dame : Joseph Barbedette, Françoise Richer et Jeanne-Marie Lebossé.



3e apparition : Lourdes (France, 1858)

Les apparitions de Lourdes ont été reconnues le 18 janvier 1862

En février 1858, Bernadette Soubirous (14 ans) part chercher du bois près du rocher de Massabielle. Dans la partie supérieure de la grotte, lui apparaît une belle Dame vêtue de blanc. Jusqu’au mois de juillet 1858, elle aura 18 apparitions. Le sommet de toutes : le jeudi 25 mars, fête de l’Annonciation où la Vierge Marie se présente à elle comme étant « l’Immaculée Conception ».


2e apparition : La Salette (France, 1846)

Les apparitions de La Salette ont été reconnues le 19 septembre 1851

En septembre 1846, Mélanie Calvat (15 ans) et Maximin Giraud (11 ans) montent dans les alpages du village de La Salette (Isère) pour faire paître leur troupeau. Soudain, Mélanie aperçoit une lumière éblouissante. Tous deux voient progressivement apparaître une dame. C’est la Vierge Marie : elle est en pleurs, et les regarde : « Avancez, dit-elle, n’ayez pas peur ! Je suis ici pour vous annoncer une grande nouvelle ».



1ere apparition Guadalupe (Mexique, 1531),

Les apparitions de Guadalupe ont été reconnues le 24 avril 1754

En 1531, Marie apparaît à l’indien Juan Diego Cuauhtlatoatzin au mont du Tepeyac, et demande qu’on y établisse une église. Elle laisse son image imprimée sur sa tunique - la tilma - de Juan Diego.


Et dans l'islam ? Est-ce possible de voir apparaître Marie ?


Dans l'islam, il est considéré que la personne qui pense avoir vu Jésus ou Marie, annonçant un message contradictoire avec l'Islam, a vu un djinn (esprit) ou le Diable.


Pourquoi ? Parce que les musulmans possèdent des avis prophétiques sur la question. En effet, le Prophète a dit : " ...) Et celui qui me voit en rêve, me voit ; car le djinn ne peut pas prendre ma forme. (...)" (al-Bukhârî, n° 110 et n° 6596 ; Muslim, n° 2666.


Selon le texte de ce hadîth, si on voit le Prophète en rêve, on peut être certain qu'on l'a vu, lui, et que ce n'était pas un djinn. Mais y a-t-il à cela, comme condition, qu'on l'ait vu avec les caractéristiques physiques qui sont réellement les siennes (qui ont été relatées par des Compagnons, et que l'on peut désormais découvrir dans les Kutub us-Sunna).


Par ailleurs, certains ulémas disent que ce que le prophète Muhammad (que Dieu l'élève et le salue) a ici énoncé pour sa personne : "le Diable ne peut pas prendre mon apparence", cela est valable pour tous les prophètes aussi : un djinn ne peut pas prendre leur apparence non plus. En revanche, Ibn Taymiyya, et al-Baghawî considèrent que les gens qui, en état de veille, voient qui ils croient être Jésus fils de Marie ou Marie venir leur parler, n'ont vu en fait qu'un djinn qui s'est fait passer pour ceux-ci, considérant que la possibilité de voir un prophète est possible en rêve / état de veille mais pas en personne.


Pourtant, certains Ulémas musulmans sont d'avis qu'en effet, à toute époque, il demeure possible de voir le Prophète Muhammad en état de veille, et de l'écouter nous parler, voire de converser alors avec lui. Ibn Abî Jamra, al-Ghazâlî (Al-Munqidh min adh-dhalâl, p. 39), Ibn Hajar al-Haytamî, as-Suyûtî (Tanwîr ul-halak), an-Naf'râwî (Al-Fawâkih ud-dawânî, Khâtima) (parmi d'autres encore, que as-Suyûtî nomme dans son livret Tanwîr ul-halak) sont de cet avis. Alî al-qâri est lui aussi de cet avis (Jam' ul-wassâ'ïl). Mais ils ne se sont pas exprimés dans ces ouvrages sur les apparitions de Marie et Jésus.




92 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

#8 QUOI DE NEUF SUR INSTA

Ca grimpe, ça grimpe ! Plus de 13200 personnes suivent quotidiennement les partages, posts, live qui se déroulent sur la plateforme ! Mais si vous n'avez toujours pas décidé de vous faire un compte, p

J'ai une question

© 2021 Barbara Moullan