CHAPITRE 30 : HALLOWEEN, FANTOMES ET ESPRITS

Mis à jour : mars 22

Shalom, Salut, Salam,


En ce moment on a l'impression que c'est tous les jours Halloween tant l'actualité est terrifiante. Mais pour marquer le coup, voici un article qui récapitule plusieurs points sur Halloween, les fantômes, les esprits etc.




Tout d'abord, qu'est-ce qu'Halloween ? Le nom de cette fête est une contraction de l'anglais All Hallows-Even qui signifie the eve of All Hallows' Day en anglais contemporain et peut se traduire comme « la veille de tous les saints » ou « la veillée de la Toussaint ». En effet, demain, le 1er novembre, est un jour férié, marqué par la fête de la Toussaint, la fête de tous les saints.


On pourrait donc croire que c'est une fête anglo-saxone et chrétienne, mais de multiples sources présentent Halloween comme un héritage de la fête religieuse de Samain qui était célébrée au début de l'automne par les Celtes. C'est, un peu comme pour Noël et le solstice d'hiver, une décision papale qui a tout changé : à partir du VIII siècle, sous le pape Grégoire III que l'Église catholique déplaça la fête de la Toussaint, qui pouvait se fêter jusqu'alors après Pâques ou après la Pentecôte, à la date du 1er novembre, christianisant ainsi la fête de Samain.


Je vous invite à lire cet article rédigé par un professeur de notre université de Bretagne disponible ici et très sourcé, qui aborde la fête de Samain.


Peu importe son origine, aujourd'hui Halloween c'est surtout une fête liée aux déguisements, aux repas visuellement écœurants, et à des soirées films d'horreur. Et maintenant, si on veut aller plus loin, les religions nous parlent-elles de démons, de fantômes, de loups-garous, de sorcières etc ?


Dans l'Ancien Testament, on découvre l'histoire de la Sorcière d'Endor telle que mentionnée dans le premier livre de Samuel, chapitre 28,3–25. Il s'agit d'une femme « qui possède un talisman », avec lequel elle appelle le prophète Samuel récemment décédé, à la demande de Saül, roi d'Israël. De nombreuses représentations graphiques montrent Saul se prosternant devant le fantôme de Samuel.


Dans l’Ancien Testament, les références possibles à des « esprits du mal » sont rares. La présente version n’y emploie que deux fois le terme démons, pour traduire l’hébreu shédim (Deutéronome 32,17 ou Ps 106,37). Dans les récits du Nouveau Testament en revanche, les démons apparaissent comme une catégorie d’êtres dont l’existence est reconnue par le sens commun, et dont l’action est clairement maléfique. Le mot daimon, qui désignait en grec classique un génie, bon ou mauvais, n’est employé qu’une fois, et dans ce sens négatif (Matthieu 8,31). Dans le Nouveau Testament les démons sont souvent appelés esprits impurs (Marc 1,23), parfois esprits mauvais (Luc 7.21). Ils sont habituellement tenus pour responsables des pathologies et des infirmités(notamment celles que nous appellerions nerveuses ou mentales Marc 5,1 ou Jean 10,20) semble poser l’équivalence entre avoir un démon et être fou). Le Coran indique dans ses versets 16-18 de la sourate 15 que le ciel est "protégé contre tout démon banni. A moins que l'un d'eux cherche à entendre à la dérobée, alors une flamme transperçante le poursuit" ce qui explique également l'existence des étoiles filantes.


En ce qui concerne le loup-garou, la Bible n’a jamais, en effet, adopté un regard condescendant envers le loup. La férocité de l’animal y est même citée une quinzaine de fois. Dès la Genèse (Torah), le loup est posé en un animal qui déchire et dévore sa proie. Plus loin, dans la Bible catholique, dans le Livre de Ben Sira le Sage, on lit que l'agneau et le religieux sont liés, en les opposant au loup et pécheur. Enfin, lorsque Isaïe évoque un monde idéal, celui-ci est un monde où « le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira ». Il n’en faudra pas plus pour que dès le Moyen Âge, le  loup soit, dans l’imaginaire chrétien, associé au diable en personne, ainsi que le rappelle Méliton de Sardes, apologète chrétien : « Le loup, c’est le diable ».


Sur Instagram je vous ai d'abord parlé du lien entre le Sabbat et les sorcières : c'est le dictionnaire de l'académie française qui associe le sabbat et le shabbat : il dit " XIIe siècle. Emprunté, par l’intermédiaire du latin sabbatum et du grec sabbaton, de l’hébreu shabbath, de même sens, puis, par dépréciation du sabbat des juifs par les chrétiens, « grand bruit » et « assemblée de sorcières », lui-même dérivé du verbe shabath, « s’arrêter, se reposer »." On sait que le shabbat est le repos consacré à Dieu que les juifs observent le septième jour de la semaine, du vendredi au coucher du soleil jusqu’au samedi à la tombée de la nuit, et qui s’accompagne d’un grand nombre de prescriptions. Le sabbat des sorcières viendrait de abasius, chef du sabbat, autrefois l’un des surnoms de Bacchus, grand maître des sorciers dans l’antiquité païenne, souvent représenté comme un bouc.  Mais au Moyen-Âge, dans une société profondément antijuive, (et antisorcières), il est communément admis, dans l'évocation de la sorcellerie, d'employer les métaphores suivantes pour désigner les célébrations sataniques : on parle tour à tour de "Synagogue de Satan", de "Sabbat des sorcières", de "Cabale mystérieuse". C'est surtout en Alsace et en Allemagne que de tels modèles s'élaborent. On va voir des caricatures et représentations du juif va se muer en créature fantastique, velue, affublée de cornes et de griffes acérées. Il est devenu démon lui-même, laid et répugnant ; anormal, il a des mamelles (collusion dans l'imaginaire médiéval du juif et de la femme-sorcière), et un sexe saillant (goût pour le lubrique) ; et enfin pour ne point s'y tromper, ils sont représentés avec des capes et sur la cape : la rouelle. Au total, ces mythes, qui associent étrangeté, rapacité, lubricité et laideur à la personnalité même du juif, annoncent les fantasmes qui présideront aux représentations même de la sorcellerie.


Nous avons également parlé de "l'heure du Diable", souvent évoquée dans les films d'horreur, avec des réveils en gros plan à 3h du matin. Cette idée semble être directement née du fait que les Évangiles de Matthieu, Marc et Luc nous disent que Jésus est mort pendant la « neuvième heure ». Selon un calcul contemporain, cela correspond à 15h. Pourquoi 3h et pas 15h dans ce cas ? Parce qu'à 3h le soleil est couché depuis longtemps, et ne se lève pas avant plusieurs heures. Le milieu de la nuit est un moment de vulnérabilité, l'homme dort profondément et le réveiller à ce moment là peut perturber le cycle circadien et provoquer un sentiment d’anxiété et de morosité. Il est alors facile pour les démons de s’emparer d’un corps. Cette vision des démons et de la nuit apparaît dans l'Evangile de Jean et dans la tradition musulmane, et comme vous pouvez le lire dans le carrousel, la tradition musulmane ne parle pas "d'heure du diable" mais d'un moment dans lequel il est le plus présent : la tombée de la nuit. (ahadiths présent dans le sahih muslim n°2013 et n°5250)


Nous avons également abordé Lilith, qui d'après le Talmud Chabbath 151b, est la mère des démons.

La Genèse offre deux récits l'un après l'autre de la Création de la femme. Au début c'est précisé que Dieu créa l'homme et la femme genèse 1,27, et quelques versets plus tard, que Dieu créa la femme à partir d'une côte Genèse 2,22. C'est cela qui a fait naître l'idée qu'avant Eve, il y a eu cette compagne d’Adam qui n’est pas créée de sa côte, mais de la terre comme lui. Une querelle portant sur les positions que chacun voudrait adopter dans les relations sexuelles, chacun préférant être au-dessus de l'autre n'apparaît pas dans la Genèse, mais la justification apportée par Adam : « tu es destinée, toi, à être au-dessous et moi au-dessus » s’appuie, elle, sur un aphorisme talmudique. En effet, dans le traité Nidda, à la question « Pourquoi [dans les rapports sexuels] le visage d’un homme est-il tourné vers le bas, et celui d’une femme est-il tourné vers le haut, vers l’homme ? » la réponse est simple et définitive ! : « Parce que c’est l’endroit où il a été créé et parce que c’est l’endroit où elle a été créée. » (Nidda, 31a du TB). Des informations complémentaires tirées du dictionnaire encyclopédique du judaïsme sont intéressantes. (juste j'ai vérifié dans Esaie mais je possède les exemplaires bibliques français et donc le mot utilisé en Esaïe 34,14 chez moi est "démon" et pas Lilith. C'est un commentaire de Rachi qui nomme "Lilith" à la place du mot "démon".


Nous avons également abordé la question de l'eau bénite et des vampires. On poursuit notre thématique sur Halloween et la construction d'idées populaires et ce coup-ci ce sont les vampires qui sont à l'honneur. Les vampires sont ces créatures maléfiques assoiffées de sang (les religions interdisent la consommation de sang), qui ne vivent que la nuit ou du moins dans l'obscurité (les ténèbres) et encore qui dorment dans des cercueils. Ces vampires, en revanche, dans les films, disparaissent dans d'atroces souffrances en se faisant jeter sur eux de l'eau bénite. Comme indiqué dans les extraits que je vous ai partagés, l'eau bénite, l'eau du baptême, c'est la purification du corps, de l'âme et de la conscience. C'est la présence divine, la présence de l'Esprit Saint et forcément, du combat contre les forces du mal.



Voilà pour ce petit point "frissons" en lien avec Halloween. Bon week-end à tous !




NOTES


₁ Cérémonies pontificales histoire liturgique et descriptive des chapelles papales tenues pendant l'année dans les diverses églises de Rome Par Honoré Fisquet 1871 page 255

R. Reuss, La sorcellerie au XVIe et au XVIIe siècle. Paris, 1871

51 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

CHAPITRE 50 : LE CONCORDAT ET LA TROISIEME REPUBLIQUE

On a vu hier la période de Déchristianisation post Révolution française et donc aujourd’hui on voit la suite de l’histoire avec l’instauration du Concordat. Voici le lien de la vidéo en replay ici. On

CHAPITRE 49 : LA DECHRISTIANISATION

Bonjour à tous, Voici le script du live qui s'est déroulé tout à l'heure et que vous pouvez regarder en replay ici. LA DECHRISTIANISATION On connait tous 1789, le 14 juillet, la prise de la Bastille,

J'ai une question

© 2021 Barbara Moullan