CHAPITRE 29 : L'ISLAM, UNE RELIGION DE PAIX ?

La paix de notre temps est remise en question par des déséquilibres persistants, des guerres, le terrorisme, l’aggravation des inégalités, la dégradation de l’environnement et un système international qui est devenu beaucoup trop polarisé.



Cela ne se voit pas dans le monde actuel, mais pourtant la religion et la paix sont intimement liées. On lit souvent ou on entend souvent que « l’islam est une religion de paix ».

La paix du point de vue islamique n’est pas seulement l’absence de guerre, elle est surtout un état idéal d’équilibre intérieur et extérieur, en s’efforçant contre l’égoïsme, le racisme, l’exploitation économique et l’injustice sociale. La paix par l’équité et la justice est un objectif cardinal de l’islam, d’ailleurs illustré dans ses piliers grâce à la Zakat.


Les événements du 11 septembre 2001, ont toutefois focalisé les yeux du monde sur les terroristes musulmans, conduisant à une vision déformée de l’islam et des musulmans.


Peut-on encore parler nature fondamentalement pacifique de l’islam, après tous les drames qui touchent de près ou de loin cette religion ?


Forcément, quand on aborde la paix dans l’islam avec quelqu’un, on va surtout entendre parler du jihad en réponse. Ce mot fantasmé, mal traduit et décontextualisé vient de l'arabe « ijtihad », effort, et c’est surtout un effort d’autodiscipline et de réflexion.

Les musulmans sont encouragés par les enseignements fondamentaux de leur religion pour approfondir leur engagement envers la justice d’une manière démocratique et cosmopolite.


Le Coran désigne les musulmans comme une communauté de la « voie médiane » (ummatan wasatatan) qui, avec son concept parallèle d’ « entreconnaissance » (ta’aruf) pour l’amitié, visualise les musulmans comme les agents et les responsables de la paix.


L’identité de l’islam en tant que « religion de paix » repose sur le fait que l’islam remet en question les causes profondes de la violence humaine. L’identité intime de l’Islam avec la paix commence par son nom : l’Islam (traditionnellement traduit comme « soumission à la volonté de Dieu ») dérive de la notion de « Salam », et de salama, c’est-à-dire la sécurité, la paix, la conciliation. Elle est également associée au « Salam » dans le salut quotidien des musulmans : « as-salamalaykum » traduit souvent par « que la paix soit sur vous ».


C’est une assurance de sécurité et de liberté de tout préjudice. Pour les musulmans, « Islam » suggère un état de paix et de sécurité qui vient par le renoncement à la volonté et à la rébellion.


La direction de Dieu est la connotation essentielle de « Islam » et comme un terme conventionnel, il sert de nom pour la foi musulmane. » J’ai l’islam comme religion » ( Coran 5,3).

Un autre fondement spirituel important pour la paix dans l’Islam est la croyance que Dieu est la Paix et est la source ultime de la Paix : « Il est Dieu ; il n’y a pas de dieu Lui; le roi; le Saint et la Paix (al-Salam) » (59,23).


La paix vient de Dieu « C'est Lui qui a fait descendre la paix dans les coeurs des croyants afin qu'ils ajoutent une foi à leur foi.» (48,4). Dieu loue alors ceux qui vivent en paix avec les autres dans la vie quotidienne : « Les [vrais] serviteurs de Dieu sont ceux qui marchent sur la terre avec humilité, et quand les ignorants s’adressent à eux, ils répondent « paix » (25,63).


La paix se trouve donc, non pas en dehors du cœur de l’homme, mais surtout en elle, et d’ici, elle s’étend au monde extérieur. Ainsi dans la perspective coranique, la paix s’exprime en trois cercles imbriqués, avec la paix du cœur, qui nourrit à son tour la paix avec Dieu et foi en Lui, et qui s’étend ensuite au troisième cercle, la paix avec le monde extérieur. Les trois cercles interagissent et s’entendent les uns les autres.


L’islam lui-même ne peut être imposé à personne par la contrainte et la violence (2,256) et le Coran confirme que la religion forcée serait inutile car il détruit l’essence de la conviction et de la croyance. Les musulmans sont invités à inviter non-musulmans « à la Voie de Ton Seigneur avec sagesse et belle prédication; et discuter avec eux d’une manière qui est la meilleure et la plus gracieuse ... Dieu est avec ceux qui se retiennent, et ceux qui font le bien » ( 16,125-28).

Pour Ibn Taymiyyah, l’idée d’initier une guerre non provoquée pour convertir les gens à l’islam dément la religion: « Si l’incroyant devait être tué à moins qu’il ne devienne musulman, une telle action constituerait la plus grande contrainte dans la religion. »


La perspective universaliste de Tawhid se manifeste également en ce qui concerne la sainteté de la vie humaine. Chaque vie humaine est tout aussi importante, sans discrimination de quelque nature que ce soit. Dieu a proclamé à maintes reprises que la vie humaine ne peut jamais être prise sans une « juste cause ». L’Islam protège toute vie et cherche donc à établir la sécurité pour tous. Le Tawhid signifie non seulement l’unité de Dieu, mais aussi la présence de Dieu dans sa création et la dépendance totale de la création sur sa fondation divine.


Mais alors, comment comprendre les versets ou les hadiths que nous lisons sur la violence, et le rapport aux autres religions dans la religion musulmane ?


La majorité des sites mettant en avant ces versets utilise la même méthode que celle des terroristes : prendre des versets sans les contextualiser pour faire en sorte qu'ils disent ce que l'on veut qu'ils disent. C'est ainsi qu'on se retrouve avec une association du meurtre visant des juifs ou des chrétiens, alors que le mot arabe utilisé n'est pas celui qui qualifie les gens du Livre. Quant aux hadith, de nombreuses personnes ne possèdent pas les Sahih (livres dans lesquels sont mentionnés ces hadith) et ne peuvent donc pas vérifier le numéro du hadith et donc sa fiabilité.


En toute objectivité, quand je m'amuse à vérifier les numéros, ce ne sont pas les bons, ou bien le terme important est mal traduit.


Comme pour tout dans la vie, il y a le concept idéal, et celui que les hommes ou ses pseudos adhérents ont galvaudé. Le manque de connaissance de l'autre, du religieux, du politique, du lexical, les propagandes ici et là, constituent un danger terrible avec des conséquences que nous voyons malheureusement trop souvent : la montée de la désinformation qui appelle à la haine, au meurtre, à la barbarie.



Les solutions seraient pourtant simples :


- apprentissage du fait religieux (en dehors des lieux de culte, pour un accès à tous, sur des bases neutres)

- apprentissage des bases des langues de révélation et d'études (hébreu, grec, arabe) pour permettre à chacun de vérifier ce qu'il lit

- méthodologie de lecture des Livres (outils de lecture, exégèses etc)

- obligation de connaître la formation et l'identité de ceux qui tiennent des sites internet sur les religions, parce qu'on voit trop d'autodidactes qui s'amusent à reprendre des concepts qu'ils ne connaissent pas et qui rendent le tout très (trop) dangereux


Et, mais on peut toujours rêver, espérer qu'un jour les médias jouent le jeu des théologiens et les invitent, au lieu d'inviter des polémistes dont le métier n'est pas d'informer, mais de souffler sur les braises. Il est temps de mettre la culture en avant, la rigueur et le sérieux en avant. Cette méthode fera certainement moins d'audimat, mais assurément moins de victimes aussi.



113 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

CHAPITRE 50 : LE CONCORDAT ET LA TROISIEME REPUBLIQUE

On a vu hier la période de Déchristianisation post Révolution française et donc aujourd’hui on voit la suite de l’histoire avec l’instauration du Concordat. Voici le lien de la vidéo en replay ici. On

CHAPITRE 49 : LA DECHRISTIANISATION

Bonjour à tous, Voici le script du live qui s'est déroulé tout à l'heure et que vous pouvez regarder en replay ici. LA DECHRISTIANISATION On connait tous 1789, le 14 juillet, la prise de la Bastille,

J'ai une question

© 2021 Barbara Moullan