top of page

Catastrophes naturelles et religions


Une catastrophe naturelle est caractérisée par l'intensité anormale d'un agent lié à la nature (inondation, coulée de boue, tremblement de terre, avalanche, sécheresse...) lorsque les mesures habituelles à prendre pour prévenir ces dommages n'ont pu empêcher leur survenance ou n'ont pu être prises[1].

En France métropolitaine et ultramarine, sur les 264 000 reconnaissances de l’état de catastrophe naturelle arrêtées sur la période 1982-2021, 53% incombent aux inondations, 38% aux mouvements de terrain (y compris les arrêtés sécheresse) et 8 % aux phénomènes atmosphériques. Chaque année, les inondations et/ou coulées de boue touchent en moyenne 3 450 communes, la sécheresse un peu plus de 1 860. Viennent ensuite les mouvements de terrain (1 050) et les tempêtes (400)[2].

Dans le monde, le nombre de catastrophes a été multiplié par cinq en 50 ans, causant plus de dégâts, mais moins de décès. « Le nombre de phénomènes météorologiques, climatiques et hydrologiques extrêmes continue de progresser. Du fait du changement climatique, ils deviendront plus fréquents et plus violents dans de nombreuses parties du monde », a déclaré en septembre 2021 le Secrétaire général de l’OMM Organisation Météorologique Mondiale, Petteri Taalas, également météorologue finlandais.

EXEMPLES DANS NOS TEXTES


Pluies torrentielles menant à un Déluge, tempêtes, épidémies mortelles, tremblements de terre, jusqu’aux évènements annoncés telle que la fin du monde, les cataclysmes de l’Apocalypse, nos Livres regorgent d’exemples de catastrophes liés à des éléments de la nature.
Le plus souvent, ces malheurs sont présentés comme des conséquences d’un mal qui souille la nature humaine, ou bien comme la réponse à la tyrannie, ou à la désobéissance d’un peuple. Citons quelques exemples parmi les plus connus :

Le Déluge de Noé/Nuh
Le Déluge de Noé est un évènement mentionné dans l’Ancien Testament, plus précisément dans la Torah, et dans le Coran. Juifs, chrétiens et musulmans connaissent donc parfaitement cette histoire, mais pas que : l’expression « pluie diluvienne » emploie l’adjectif diluvien est issu du mot latin diluvium qui veut dire « déluge ». 40 jours et 40 nuits de pluies s’abattirent sur la Terre, mettant fin à toute forme de vie exceptée celle qu’il y avait dans la fameuse arche[3].

La pluie dévastant le peuple de Loth
Le peuple de Loth est considéré, dans les religions, comme un peuple transgresseurs. Après de multiples avertissements de la part de Loth, le peuple ne l’écoute pas. Alors, les cités de Sodome et Gomorrhe disparaissent. Dans le judaïsme et le christianisme, c’est une pluie de soufre et de feu qui détruit les deux cités[4], tandis que dans l’islam, c’est une pluie de pierres qui s’abat sur les deux cités[5].

Moïse et les plaies d’Egypte
Dans les Livres, il est mentionné des plaies נגף (appellation biblique) ou bien des miracles أيي (appellation coranique). Dans l’islam, il est fait mention d’une inondation[6], et dans le récit de l’Exode, l’eau du Nil se transforme en sang[7]. Mais ce n’est pas tout, une pluie de grêle s’abat sur l’Egypte et détruit tout sur son passage[8].

Quelques catastrophes naturelles sont plus spécifiques au Coran telles que l’inondation du royaume de Saba (34,16 Ils se détournèrent et, en conséquence, nous avons déversé sur eux une inondation désastreuse), le peuple de Thamoud et de Ad, détruits par un séisme et une tempête (69,5 Quant aux Thamoud, ils ont été anéantis par le (tremblement) dévastateur. 69,6 Quant aux `Ad, ils ont été anéantis par une violente et incessante tempête. 69,7 Il le déchaîna sur eux pendant sept nuits et huit jours, violemment. Tu pouvais voir les gens brimbalés comme des troncs de palmier évidés.) ou encore le tremblement de terre de Salih (7,78 Par conséquent, le tremblement de terre les anéantit, les laissant morts dans leurs maisons).

Toutes les histoires mentionnées dans les Livres ont pour but d’informer les lecteurs et les futures générations de croyants sur le passé, les raisons de certains évènements, et parfois, les causes pour s’en protéger.

DES SIGNES DE L'APOCALYPSE ?


Nous avons beaucoup entendu suite à l’annonce du tragique séisme au Maroc faisant près de 3000 victimes ou bien des inondations en Libye causant la mort de plus de 10 000 personnes que c’était « l’apocalypse » ou encore « la fin du monde ».

Que sait-on sur ces deux notions eschatologiques ?

L’apocalypse vient du mot grec : apocalypsis, qui signifie « révélation ». Ce livre du corpus biblique est un attribué à l’apôtre Jean, et estimé rédigé à la fin de sa vie, vers l’an 100. L’Apocalypse est une révélation surnaturelle, utilisant des symboles pour représenter le passé, le présent et le futur de l’Église, et est généralement associé aux évènements qui se dérouleront à la fin des Temps. Jugé par les exégètes chrétiens comme n’étant pas à comprendre au sens littéral, les catastrophes naturelles citées dans l’Apocalypse sont nombreuses : tout d’abord, et c’est certainement ce qui a fait que des personnes ont compris les récents évènements au Maroc comme un signe majeur, il est mentionné les tremblements de terre[9]. Des tempêtes, des grêlons et des éclairs destructeurs sont évoqués[10], de même que les incendies et la chaleur intense : Des événements tels que des incendies et une chaleur brûlante sont associés aux trompettes et aux coupes de la colère[11].

Dans l’islam, l’un des signes de la fin des temps est la multiplication des tremblements de terre. Abu Hurayra rapporte que le Messager d’Allah a dit : l’heure ne viendra pas jusqu’à ce que les tremblements de terre se multiplient[12]. Ibn Hajar a commenté : de nombreux tremblements de terre se sont produits dans plusieurs pays du Nord, de l’Est et de l’Ouest, mais il semble que cette multiplication signifie leur généralisation et leur persistance[13].

Il est également mentionné dans les écrits musulmans « Et avant la venue de l’Heure, il y aura une grosse épidémie, suivie par des années de tremblements de terre »[14].

Dans les religions monothéistes du judaïsme, du christianisme et de l'islam, il existe effectivement des références aux signes qui marqueront la fin des Temps. S’ils diffèrent d’une religion à l’autre, un thème reste commun : la connaissance précise du moment de la fin des Temps est réservée à Dieu seul. Le judaïsme évoque le concept du Messie qui viendra inaugurer une ère de paix, mais la date exacte reste inconnue. Dans le christianisme, la Bible, et en particulier le Nouveau Testament, fait allusion à des signes tels que la persécution des chrétiens et la montée de faux prophètes, mais Jésus a spécifiquement averti que personne ne connaît le jour ni l'heure du retour du Christ[15].

De même, dans l'islam, le Coran mentionne des signes de l'Heure Dernière, mais il est clairement énoncé que seul Dieu connaît le moment précis. Par conséquent, il est généralement déconseillé de spéculer ou de conjecturer sur la date de la fin des Temps, et les croyants sont encouragés à se concentrer sur leur foi, leurs bonnes actions et leur préparation spirituelle plutôt que sur des prédictions spécifiques.

Dans ce sens, le Coran indique : « Ils t'interrogent sur l'Heure : 'Quand arrivera-t-elle ?' Dis : 'Seul mon Seigneur en a connaissance. Lui seul la manifestera en son temps. Elle est lourde aux cieux et à la terre. Elle n'advient que soudainement.' Ils t'interrogent comme si tu en avais connaissance. Dis : 'Seul Allah en a connaissance.' Mais la plupart des gens ne savent pas. »[16]

POURQUOI DIEU PERMET-IL CELA ?


C’est la grande question. La tragédie du tsunami en Asie fin 2004, l’ouragan Katrina au Sud-Est des États-Unis en 2005 et le cyclone au Myanmar (Birmanie) en 2008 en ont mené beaucoup à remettre en question la « bonté » de Dieu. Unanimement, les croyants monothéistes considèrent que Dieu a créé l’univers et les lois de la nature. La plupart des catastrophes naturelles sont une conséquence de ces lois. Les ouragans, typhons et tornades sont la conséquence de la collision de différentes zones climatiques. Les tremblements de terre sont le résultat de la dérive des plaques tectoniques. Les tsunamis sont provoqués par un séisme sous-marin. Considérant également que Dieu intervient dans toutes choses de la Vie, ils jugent aussi que Dieu intervient dans les phénomènes météorologiques.

La Torah indique par exemple : L’Eternel se mettrait en colère contre vous, il fermerait le ciel pour qu’il ne pleuve pas, la terre ne produirait plus ses récoltes et vous ne tarderiez pas à disparaître de ce bon pays que l’Eternel vous donne[17]. Le Coran, lui, dit : C'est Lui qui, du ciel, fait descendre de l'eau. Vous en avez une boisson; et grâce à elle, les arbres poussent, dans votre pays, et avec elle vous nourrissez vos troupeaux[18].

Mais alors, s’Il contrôle les phénomènes météorologiques, dans quel but permet-Il de telles catastrophes, sources de tant de malheurs pour les humains ?

Dans les Livres, il est mentionné plusieurs raisons.
La première peut être celle de punir les humains transgresseurs.

On trouve ce passage dans la Torah : Mais si l’Eternel accomplit quelque chose d’extraordinaire, si la terre s’ouvre pour les engloutir avec tout ce qui leur appartient et qu’ils descendent vivants dans le séjour des morts, alors vous reconnaîtrez que ces gens ont outragé l’Eternel[19]. Ce passage indique au lecteur nous montre que Dieu provoque parfois des catastrophes naturelles pour juger le péché. Ainsi, dans le même état d’esprit, on peut lire dans le Coran : Le désordre est apparu à la surface de la terre et dans la mer à cause de ce que les gens ont accompli de leurs propres mains. Afin qu'Il leur fasse goûter une partie de ce qu'ils ont fait, peut-être reviendront-ils [vers le droit chemin][20].

Ces versets indiquent que les catastrophes et les difficultés peuvent résulter des actions des gens et de leur désobéissance à Dieu. Cependant, d’autres versets tout au long des Livres soulignent également que Dieu est miséricordieux et pardonne beaucoup, encourageant les gens à se repentir et à revenir vers Lui. Il est important de noter que la compréhension des événements naturels dans la perspective de croyance monothéiste doit être nuancée et contextualisée, et que les catastrophes ne sont pas nécessairement interprétées comme une punition divine, mais peuvent aussi être des épreuves et des rappels pour les croyants.

En effet, on peut voir qu’après des évènements comme ceux-là, de nombreuses personnes reviennent à la religion si elles ont eu la vie sauve, ou bien se lancent dans des élans de solidarité[21], valeur primordiale dans les religions et souvent oublié dans le monde dans lequel nous vivons.

« Par conséquent, tant que nous en avons l’occasion, faisons du bien à tous, mais surtout à ceux qui sont nos frères et sœurs dans la foi »[22].


Il y a parfois des appels à la prière, et des miracles qui s’opèrent comme des survivants retrouvés après plusieurs jours.

De plus, dans une perspective strictement propre aux croyants monothéistes, cette vie ici-bas n’est pas celle qui compte. En effet, du point de vue d’un croyant, il est possible d'expliquer que mourir dans des catastrophes naturelles n'est pas nécessairement une fatalité. Tout d’abord, dans le judaïsme, le christianisme et l’islam, il y a la croyance d’une vie après la mort, où chacun sera récompensé ou puni en fonction des actions commises dans ce bas monde. Ainsi, même si quelqu'un meurt dans une catastrophe naturelle, sa récompense dans l'au-delà est basée sur sa foi et ses bonnes actions accomplies durant sa vie. Une vie qu’il passe à préparer sa mort et à accomplir de bonnes œuvres dans la perspective de se préparer à mourir d’une minute à l’autre[23]. Ce regard peut apporter du réconfort en considérant que Dieu récompensera la personne pour sa piété et ses bonnes actions, même si sa vie terrestre a été tragiquement interrompue.

« Dieu est notre refuge et notre force, un secours facile à trouver en temps de détresse. C’est pourquoi nous ne craindrons pas, même si la terre change. »[24]


Aussi, les croyants peuvent considérer les catastrophes naturelles comme des épreuves envoyées par Dieu pour tester leur patience, leur résilience et leur foi. En endurant ces épreuves avec patience et en maintenant leur confiance en Dieu, ils peuvent espérer une récompense accrue dans l'au-delà.
« Réjouissez-vous dans l'espérance et soyez patients dans la détresse. Persévérez dans la prière »[25].
Les croyants ont tendance à croire que tout ce qui se produit dans le monde est la volonté de Dieu. Même dans les moments de tragédie, ils peuvent avoir foi en la sagesse divine et en la compréhension que Dieu a un plan qui va au-delà de leur compréhension humaine. Cette confiance en la volonté de Dieu peut les aider à accepter les événements tels qu'ils se produisent. En résumé, du point de vue d'un croyant, la perspective sur la mort dans des catastrophes naturelles est façonnée par la foi en la récompense divine, la croyance en l'épreuve et la purification, la confiance en la volonté de Dieu, et la perspective de la vie éternelle. Ces croyances peuvent offrir un cadre pour comprendre et accepter les événements tragiques tout en maintenant une foi inébranlable.


 

REFERENCES

[1] https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c1727 [2] https://www.georisques.gouv.fr/minformer-sur-la-prevention-des-risques/les-risques-naturels-en-france-chiffres-cles [3] Genèse chapitre 7 et Coran sourate 11 [4] Genèse 19,24 quand le Seigneur fit tomber du ciel sur Sodome et Gomorrhe une pluie de soufre et de feu venant du Seigneur [5] Coran 11,82 Quand est venu notre jugement, nous l’avons renversée sens dessus dessous, et nous avons fait pleuvoir sur elle des pierres dures et dévastatrices. [6] verset 7,133 Et Nous avons alors envoyé sur eux l'inondation [7] Je vais frapper les eaux du fleuve avec la verge qui est dans ma main; et elles seront changées en sang. Les poissons qui sont dans le fleuve périront, le fleuve se corrompra, et les Égyptiens s'efforceront en vain de boire l'eau du fleuve. Exode 7,17-18 [8] Etends ta main vers le ciel; et qu’il tombe de la grêle dans tout le pays d’Égypte sur les hommes, sur les animaux, et sur toutes les herbes des champs, dans le pays d’Égypte. Moïse étendit sa verge vers le ciel; et L’Éternel envoya des coups de tonnerre et de la grêle, et le feu se promenait sur la terre. L’Éternel fit pleuvoir de la grêle sur le pays d’Égypte. Il tomba de la grêle, et le feu se mêlait avec la grêle; elle était tellement forte qu’il n’y en avait point eu de semblable dans tout le pays d’Égypte depuis qu’il existe comme nation. Exode 9,18-19 [9] Apocalypse 6,12 il y eut un grand tremblement de terre ; Apocalypse 8,5 il y eut des coups de tonnerre, des fracas, des éclairs et un tremblement de terre ; Apocalypse 11,13 il y eut un grand tremblement de terre : le dixième de la ville s’écroula, et dans le tremblement de terre sept mille personnes furent tuées ; Apocalypse 16,18 il y eut un grand tremblement de terre : depuis que sur la terre il y a des hommes, il n'y eut jamais de tremblement de terre aussi grand. [10] Apocalypse 8,7 il y eut de la grêle et du feu mêlés de sang, qui furent jetés sur la terre, et le tiers de la terre brûla, le tiers des arbres brûlèrent, toute l’herbe verte brûla. [11] Apocalypse 16,8-9 Il lui fut donné de brûler les hommes de son feu. Les hommes furent brûlés d’une grande brûlure [12] Cité dans « les signes de la fin des temps », Yusuf al Wabil, éditions al hadith, 2009, p160 avec la source « al bukhari, t13 p81-82 avec al fath ». [13] Cité dans « les signes de la fin des temps », Yusuf al Wabil, éditions al hadith, 2009, p160 avec la source « fath al bari, t13, p87 ». [14] cité dans « les signes de la fin des temps », Yusuf al Wabil, éditions al hadith, 2009, p160 avec la source « Al musnad de l’imam Ahmad t.4 p104 » [15] « Pour ce qui est du jour ou de l'heure, personne ne le sait, ni les anges dans le ciel, ni le Fils, mais le Père seul » Marc 13,32. [16] Coran 7,187 [17] Deutéronome 11,17 [18] Coran 6,99 [19] Nombres 16,30 [20] Coran 30,41 [21] Actes 11,28-29 L’un d’eux, du nom d’Agabust, se leva et prédit grâce à l’esprit qu’une grande famine allait venir sur la terre entière. Elle eut effectivement lieu, au temps de Claude. Les disciples décidèrent alors d’envoyer des secours aux frères de Judée, chacun selon ses moyens. [22] Nouveau Testament Galates 6,10 [23] Exemple avec ce verset coranique : « La connaissance de l'Heure est auprès d'Allah. Il fait descendre la pluie salvatrice, et Il sait ce qu'il y a dans les matrices. Aucune âme ne sait ce qu'elle acquerra demain, et aucune âme ne sait dans quelle terre elle mourra. Allah est, en vérité, Omniscient et Parfaitement Informé. » sourate Luqman 31,34 [24] Ancien Testament, Psaume 46, 1-2 [25] Nouveau Testament, Romains 12,12

Posts récents

Voir tout

1 Comment


Captivant et magnifique. …

Like
bottom of page