#3 QUOI DE NEUF SUR INSTA

Nous sommes désormais 10 150 sur Instagram a échanger quotidiennement sur l'actualité, à apprendre des petits points de culture et pour ceux qui sont abonnés ici et qui ne possèdent pas l'application, voici un récapitulatif afin de revenir ensemble sur les publications !


Tout d'abord chaque vendredi, je propose des films, documentaires, à regarder en famille, qui respectent les règles fixées par Iletait1foi (pas de scènes de violence, de nudité et de sexe). Ces dernières semaines j'ai proposé :



ANASTASIA : Anastasia est un est un long-métrage Fox Animation Studios, sorti en 1997. L'histoire se passe à Saint-Pétersbourg en 1917. La révolution éclate et la famille impériale doit fuir. Anastasia ne parvient pas à monter dans le train avec sa grand-mère et vit depuis sous un autre nom dans un orphelinat. Elle rencontre deux escrocs qui, alléchés par la récompense de l'impératrice offerte à ceux qui l'aideront à retrouver sa petite-fille, se servent de l'amnésie d'Anastasia pour organiser une rencontre. Touchant et drôle, ce long-métrage permet d'aborder plusieurs thématiques avec les jeunes :

Au début du film, Anastasia demande "un signe", qu'elle reçoit immédiatement. On peut aborder ce point dans une famille de croyants : est-ce que vous avez déjà eu l'impression d'avoir un signe, ou une intuition qui s'est confirmée, comme Anastasia à ce moment-là ? On peut aborder la notion des souvenirs familiaux, puisque c'est grâce à une anecdote que le film tire son dénouement : quel souvenir propre à votre famille fait que si vous deviez être séparés, vous sauriez tout de suite que c'est vous ? Cela vous permettra de passer une soirée à vous remémorer des bons souvenirs et des anecdotes et renforcera les liens :)


AMISH GRACE : c'est un film tiré d'une histoire vraie : celle de la tuerie de fillettes dans une école Amish, par un homme non Amish. On ne voit rien je vous rassure, aucune scène sanglante. Le film tire sa poigne des discours des Amish, de la situation d'une mère qui a perdu sa fille, et de la culpabilité de la veuve. Sur la thématique du pardon, de la destinée et du Plan de Dieu, ce film interroge : et nous, comment réagiririons-nous, alors qu'on a quelque fois du mal à pardonner un rdv manqué ou un mot de travers. On peut poursuivre avec les enfants sur cette notion de pardon, et d'accepter le destin "qu'il soit bon ou mauvais". Disponible sur Youtube sous le titre "l'impossible pardon".


THE SOCIAL DILEMNA : Cette semaine ce n'est pas un film mais un documentaire très actuel qu'iletait1foi vous propose. Ce documentaire aborde les réseaux sociaux, systèmes de mailing, et l'impact que cela a. Des experts en technologie (dont des personnes qui ont clairement travaillé au sein de géants comme Google, Facebook etc) sonnent eux-mêmes l'alarme concernant certaines de leurs inventions qui provoquent des additions et déstabilisent les démocraties. Ce documentaire est à voir avec nos adolescents, il a pour but de réfléchir à sa consommation de contenu sur Internet. C'est l'occasion de discuter ensemble ensuite : comment juge-t-on notre consommation ? Quel genre de contenu suivons-nous ? Quel impact ? Avons-nous déjà ressenti un mal-être après avoir lu/vu des publications ? Sans dire "supprimez tout", ce reportage permet d'aborder en famille un sujet qui touche absolument chacun d'entre nous : le portable / la tablette que l'on tient dans nos mains à cet instant précis. Disponible sur Netflix sous le titre "derrière nos écrans de fumée".





Au même titre que j'avais réagi à "l'affaire Mila", il m'a semblé important ces dernières semaines de profiter de mon "audience" pour aborder le #zinebelrhazouigate au travers de cette infographie sur la liberté d'expression. En France, il est possible de critiquer, insulter, une religion. Mais pas ses adhérents. Car si l'un est conceptuel, l'autre se définit. C'est pour cela d'ailleurs que je m'étais exprimée lors de l'affaire en disant que ceux qui tombaient sous le coup de la loi étaient ceux qui lui répondaient en l'insultant personnellement. La liberté d'expression connaît des limites, certes, définies dans l'article 11 de la DDHC. Mais ici avec Zineb ElRhazaoui et Idriss Sihamedi, si on se place du côté strictement judiciaire, les questions posées ne contenaient ni haine, ni violence, ni insultes. À la limite, Zineb ElRhazaoui pourrait invoquer le délit de diffamation (article 29 de la loi du 29/07/1881), mais il est certain que ses propres propos, eux, sont sans équivoque. Cette femme connaît la loi, est bien entourée et donc elle balance des polémiques grosses comme le monde, des propos choquants et stigmatisants, mais sa force c'est que sous chacun de ses posts, elle reçoit menaces, agressions verbales etc et là, ça tombe sous le coup de la loi. Exactement comme avec Mila. Ces personnes existent autant parce que leurs propos ont de la visibilité en étant commentés et bien souvent, de manière illégale. Je vais être un peu vulgaire mais par exemple j'ai le droit d'être c**ne, mais vous n'avez pas le droit de me le dire. Chaque propos prononcés de manière publique est à mesurer. Il sera repris dans des affaires de mœurs, judiciaires, et reste consigné dans le Livre qui sera rendu plus tard dont des comptes seront rendus, en temps voulu. Inutile de le remplir avec des insultes et des menaces, et faire "briller" ces personnes dans les "hautes sphères" de la société.



Nous sommes revenus sur l'association d'Israël et de Jacob. C'est souvent dans la Torah qu'après une alliance faite avec Dieu, le prophète change de nom. Ce fut le cas ici de Jacob, mais également de Abraham (qui s'appelait Abram) et de Sara (qui s'appelait Saraï). Le nom a une symbolique très forte, qui fait que certaines personnes en adoptant une nouvelle religion vont changer leur prénom, comme pour marquer leur nouvelle alliance avec Dieu. Ce prénom attribué à Jacob est donc à l'origine de l'expression présente dans les Livres saints : "Oh enfants d'Israël", dérivant des enfants (et petits enfants par Joseph) de Jacob/Israël.


Il y a du bleu partout sur les réseaux sociaux. La Constitution chinoise, rédigée en 1982, protège les «cinq religions officielles» (bouddhisme, catholicisme, protestantisme, islam, taoïsme) et les «activités religieuses normales». Mais depuis l’arrivée de Xi Jinping à la tête du pays en 2013, les cultes chrétiens, l’islam et le bouddhisme tibétain sont l’objet d’une offensive massive. Depuis le 1er février 2020, 41 réglementations parmi le fait d’interdire des financements étrangers, de superviser les formations des prêtres et de limiter leurs déplacements, de ficher les fidèles ou d’interdire aux moins de 18 ans d’assister à la messe, l’Etat oblige désormais les organisations religieuses à «promouvoir l’idéologie du Parti communiste», «soutenir la direction du Parti» et informer sur «l’excellente culture traditionnelle chinoise». Si le secrétaire américain a saisi le Pape de cette affaire pour arrêter les tortures sur les fidèles des églises catholiques, les médias parlent depuis des années des Ouighours (sans qu'il n'y ai une mobilisation pour autant). Les médias français avaient parlé de fuites de documents qui comprenaient (entre autres) un discours secret de Xi Jinping de 2014, dans lequel le président chinois appelle à lutter "sans aucune pitié" contre "le terrorisme, l'infiltration et le séparatisme" en recourant "aux armes de la dictature démocratique populaire". Cette photo bleue est donc une action de sensibilisation et de visibilité pour les Ouïghours.




Je cherchais un moyen de pouvoir parler d'octobre rose en restant dans mon thème. Voilà donc l'occasion de pouvoir sensibiliser au dépistage du cancer du sein (que Dieu nous en préserve toutes).

J'ai partagé avec les lecteurs une étude sur l'allaitement et le fait que l'allaitement limitait les risques d'avoir un cancer du sein. Au travers de cette étude, je me suis dit qu'il était intéressant de faire le lien et de partager avec vous quelques passages liés à l'allaitement dans les religions. J'ai donc partagé la sourate 2 verset 233 du Coran, et un extrait du livre "un accouchement près d'Hashem" qui reprennent cette thématique. C'est également l'occasion pour moi de vous rappeler la magnifique histoire de Yokebed, la mère de Moïse. Alors que Yokebed dépose Moïse sur le fleuve dans son couffin, elle sait qu'il est recueilli par la famille de Pharaon puisqu'elle et Myriam, la sœur de Moise, suivent le couffin. Moise est ainsi recueilli par Bithia, la fille de Pharaon dans la Torah, et Assiya la femme de Pharaon dans le Coran. Dans la Torah (Exode 2,7), Myriam propose à Bithia d'aller chercher une nourrice hébreu pour cet enfant hébreu, et propose ainsi sa mère Yokebed. Dans la version coranique, Moïse refuse de s'alimenter aux seins des nourrices, et c'est donc également Yokébed qui allaite Moïse (28,12). Une belle histoire puisqu'on imagine aisément la douleur de Yokebed de devoir laisser son petit Moise, et sa joie de pouvoir profiter d'un moment privilégié avec lui en pouvant le nourrir elle-même.




Pas évident quand on a un style de vie comme celui-ci de l'imposer à un enfant.. Pour faciliter le passage de l'enfance à l'adolescence et que l'enfant adhère pleinement à ce style de vie, les Amish ont ce qu'on appelle "Rumspringa". Rumspringa est la période durant laquelle les adolescents Amish (à partir ou après 16 ans) sont temporairement libérés de leur Église et de ses règles, afin de « découvrir » le monde moderne. Pendant cette période, dont la durée diffère selon les communautés, le jeune est autorisé pour la première et dernière fois de sa vie d’Amish à :


- porter des vêtements modernes


- consommer de l’alcool, fumer du tabac


- rencontrer des personnes en dehors de leur communauté


- les jeunes filles peuvent se maquiller et porter des bijoux.


C'est en rentrant de Rumspringa que le jeune peut ensuite demander le baptême et dans ce cas il intégrera définitivement la communauté, ou bien la quitter à jamais. 90 % des jeunes Amish demandent le baptême. Rumspringa est en réalité un moment initialement prévu pour trouver un époux, ou une femme, les Amish se mariant jeunes.



La formule est souvent employée pour désigner une personne sur laquelle on fait retomber les fautes des autres.


C'est dans l'Ancien Testament, au chapitre 16 du Lévitique, versets 20, 21, 22 qu'est décrit le rituel d'expiation qu'est le bouc émissaire.


Chaque année, le grand prêtre tirait au sort deux boucs, l’un pour le Seigneur, l’autre pour Azazel, ange déchu, démon des lieux arides (Lévitique 16, 8).




















Nous avons également vu l'origine de "l'expression du bouc émissaire". Le premier bouc était sacrifié en offrande à Dieu tandis que le second était envoyé vivant dans le désert (et donc vers une mort certaine) après que le grand prêtre ait posé ses mains sur sa tête, le chargeant ainsi symboliquement de tous les péchés des enfants d’Israël. Le rôle du bouc était donc de servir d’émissaire (du latin emittere : envoyer) et d’expier les fautes de la communauté.



J'ai également partagé cette vidéo sur la 'hamsa et son origine juive : https://www.torah-box.com/etudes-ethique-juive/pensee-juive/d-ou-vient-la-coutume-du-hamssa-5-sur-toi_10334.html




On a fait un point consommation et celui de la dernière période s'attardait sur la sauce Maggi. Elle n'est pas autorisée par le Consistoire (donc pas considérée comme Casher), à cause des exhausteurs de goût qui sont quelques fois d'origine animale et donc à surveiller. Si c'est d'origine animale, cela peut aussi voir un effet sur le côté halal, pour les musulmans. J'ai donc écrit directement à la marque pour avoir une trace écrite de la composition de leurs exhausteurs de goût. D'un point de vue strictement "ingrédient", elle ne contient pas d'aliments illicites. Mais d'un point de vue éthique, Nestlé c'est vraiment pas la marque à privilégier, et la composition de cette sauce n'est pas 100% saine pour la santé. Mais bon, c'est un autre débat ^^



En 2010, on comptait 49 pays avec une majorité de population musulmane. Les pays qui comptent le plus de musulmans sont l'Indonésie, qui abrite 12,7 % des musulmans du monde, suivi du Pakistan (11 %), de l'Inde (10,9 %) et du Bangladesh (9,2 %). Seuls 20 % des musulmans vivaient dans des pays arabes (le fameux 1 musulman sur 5 est "arabe") selon le Pew Research Center. Alors oui, Darmanin ou Macron étant ethnocentrés, ils lient "islam" et "arabe", et maintenant, "langue arabe" et "risque de radicalisation". Je vous propose donc aujourd'hui ce schéma simplifié. La musulmanie est difficile à placer comme vous le voyez. Il ne s'agit toutefois pas de nier l'importance de l'arabe dans l'islam. Le Qu'ran a été révélé en langue arabe, les prières se font en langue arabe. La langue arabe est clairement liée à l'islam.



Ceux qui me suivent depuis "parenthèse théologique" #2015 se souviendront toujours. C'était ma plus belle visite. J'ai eu la chance exceptionnelle de rentrer dans ce lieu aujourd'hui exclusivement réservé aux mormons. J'ai reçu une alerte Le Monde indiquant que le temple était ouvert à tous avant sa consécration et qu'ainsi on pouvait aller le visiter. J'ai sauté dans le train et je suis allée jusqu'au Chesnay. De grandes pièces, une décoration très américaine, avec des fleurs, des grands miroirs, des salles de cours, une salle de mariage, une salle de baptême, des grands escaliers, tout cela si lumineux, c'était splendide. Il n'y a pas de croix, pour eux ce qui compte c'est Jésus ressuscité, Jésus qui a vaincu la mort. Donc inutile de le représenter mort sur une croix. Lorsque nous sommes arrivés, nous avons eu une petite présentation en vidéo de leur communauté, leurs croyances. Puis nous avons eu la visite guidée du temple. Chacun pouvait poser ses questions, même les plus étranges. Aujourd'hui vous pouvez aller au Chesnay, aller au temple, mais vous n'aurez accès qu'à l'extérieur. Partout en France, il y a des chapelles mormones qui sont ouvertes à tous, et vous pouvez assister à un culte, aller discuter avec les mormons etc.



61 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

CHAPITRE 50 : LE CONCORDAT ET LA TROISIEME REPUBLIQUE

On a vu hier la période de Déchristianisation post Révolution française et donc aujourd’hui on voit la suite de l’histoire avec l’instauration du Concordat. Voici le lien de la vidéo en replay ici. On

CHAPITRE 49 : LA DECHRISTIANISATION

Bonjour à tous, Voici le script du live qui s'est déroulé tout à l'heure et que vous pouvez regarder en replay ici. LA DECHRISTIANISATION On connait tous 1789, le 14 juillet, la prise de la Bastille,

J'ai une question

© 2021 Barbara Moullan