top of page

Face à l'actualité

ILETAIT1FOI est une plateforme qui s'attache à rester dans une perspective nationale française (métropolitaine), mais parfois, ce qui touche l'international doit être abordé. Faisons-le maintenant !

OIG.jpg

Les lecteurs inscrits à la newsletter du site ou bien abonnés à Instagram ont eu accès il y a quelques jours au texte produit sur la nécessité de l'interreligieux en contexte de guerre. Notre média étant spécialisé en théologie comparée et l'équipe étant impliquée depuis plus de 10 ans dans l'interreligieux, il était évident de garder ce cap, malgré les tentatives médiatiques, ainsi que celles de certains comptes sur les réseaux sociaux, de désunion. Car, comme si l’horreur de l’actualité n’était pas suffisante, il faut faire face aux ennemis du direct 24/24 : les chaînes d’infos continues, et certains « influenceurs » de la pensée sur les réseaux.

ILETAIT1FOI étant impliqué dans le judaïsme, le christianisme et l’islam, nous suivons des comptes tenus par des personnes de toutes confessions. La guerre des images, dès les premières heures de ce 7 octobre, a été d’une violence sans précédent. La haine qui a suivi le choc des découvertes macabres a été tellement intense que nous avons décidé de faire une pause. De ne plus nous connecter, de nous protéger émotionnellement. Se coucher et se réveiller avec des cadavres, des bruits d’explosion, et la culpabilité de ne rien pouvoir faire, c’était inhumain. Lire partout des injonctions à prendre position sous peine de désabonnements, recevoir des messages non sollicités avec des vidéos toutes plus choquantes les unes que les autres, et surtout, en plus, subir des discours qui véhiculent la haine et la désinformation, le racisme, le rejet des autres religions … Cela a été trop difficile à supporter.

Puis, quelques jours après, alors que les cœurs sont encore brisés, c’est en France que l’effroi et la sidération viennent prendre le peu de place qu’il reste. Puis nos voisins belges, qui subissent eux aussi l’horreur.

Ce trop-plein émotionnel abime. Bien évidemment, nous ne pouvons pas comparer nos sentiments, nos émotions, avec ceux des victimes de guerres. Nous ne pouvons pas nous plaindre outre-mesure parce que cela ne semble pas digne, mais il faut le dire : ça abime le moral, ça abime la foi, ça abime la confiance.

Nous ne vivons pas dans la même peur que ceux qui craignent d’être bombardés. Nous ne vivons pas dans la même peur que ceux qui craignent d’être attaqués. Mais nous vivons dans la peur, chaque jour plus grande, d’être stigmatisés, pris pour cible, victimes de vengeance. Certaines personnalités publiques sont attaquées par les politiques, sont accusées, sont menacées. Nous ne pouvons qu’avoir peur de subir à notre tour.

Notre équipe avions prévu un déplacement professionnel depuis plusieurs semaines, bien avant ces évènements. Et au moment de quitter notre pays, nous nous demandions : mais quel avenir pour ILETAIT1FOI ? Comment peut-on encore informer alors que les médias nous détruisent le travail ? Comment peut-on parler d’interreligieux alors que sur les réseaux sociaux les insultes entre communautés fusent ? Comment peut-on continuer d’être sur le terrain, comment peut-on continuer à travailler de manière active, utile ? Comment faire ? Et surtout, va-t-on être capables émotionnellement de tenir le coup ?

C’est alors que nous avons reçu une Réponse durant notre voyage, que nous avons déjà partagée sur Instagram, mais qu’il convient de partager ici à plus grande échelle.

« Je suis actuellement en déplacement avec mon mari, et les dates ont été bookées bien avant tout ce qui se passe au niveau international et national. Parfois, vu le contexte, il y a des missions dans notre métier plus simples à effectuer que d'autres. Alors que nous devions effectuer la visite d'un musée et d'un lieu de culte juif prévue depuis plusieurs semaines, j'ai été prise d'une angoisse. Vous savez celle qui vous donne des suées et qui vous met les larmes aux yeux. J'avais peur d'être dans ce quartier, peur à cause de ma religion visible, peur à cause de l'actualité, de ce qu'il pouvait nous arriver, ou de ce qu'on pouvait provoquer... J'ai beau avoir le chasuble ILETAIT1FOI, l'actualité est ce qu'elle est, et puis ce n'est pas parce qu'on a un badge de presse ou quelque chose de la sorte que cela nous immunise. L'accueil a été très chaleureux sur place, et tout s'est bien déroulé. Comme à chaque fois qu'on rencontre d'autres communautés, on échange des paroles, des invitations, des recommandations, des messages fraternels. C'était rassurant, mais au moment de la pause dej, l'angoisse est revenue. « Je n'ai pas faim » ai-je tenté d'esquiver. « Bon, vite fait un truc à emporter alors ». On se dirige, mon mari m'encourage en me disant que c'est ça aussi, notre engagement. On est musulmans, ça se voit et les messages à faire passer sont plus importants que la peur… On s'apprête à traverser une partie du quartier, et là, un grand « as salam aleykoum » et ça parle en dialecte maghrébin. Un serveur juif tunisien nous invite, et nous accueille trop bien. Les serveurs du lieu sont tous très gentils, tout le monde super sympa. Personne ne regarde bizarrement sur les tables à côté. À côté de nous on a deux hommes, l'un consomme comme un saucisson de sardine, et nous tend plusieurs tranches pour partager avec nous. Une ambiance ultra fraternelle, détendue, à mille lieux des matrixés de la France, dont je fais partie visiblement vu mon stress. Tellement habituée à l'islamophobie, aux regards ou remarques partout où l'on passe, tellement imprégnée des discours que nos médias français diffusent partout, que j'en étais honteuse d'être qui je suis, d'être en mission pro alors que c'est mon métier et l'engagement de ma vie depuis 6 ans. Tout s'est très bien passé, comme d'habitude. Et j'avais envie de revenir juste pour vous le dire. Je retourne à ma pause mais j'espère que cette anecdote vous mettra du baume au coeur autant qu'elle m'en a mis par la suite. Encore une fois, il faut le redire : il y a les médias français et nos réseaux sociaux, et la vraie vie. »

Suite à cette anecdote, notre mission nous est réapparue comme évidente. Cette injonction imposée par certains à parler de l’actualité à tout prix a donné une multiplication des discours désinformés, des mélanges entretenus par les médias au préalable. Le but d’ILETAIT1FOI a toujours été celui de faire de la prévention et de déconstruire les préjugés, les fausses informations. Dans les formations proposées depuis trois ans, il y a un module spécial Israël/Palestine pour justement avoir accès aux différents contextes qu’il faut connaître.

Notre objectif est d’informer. De parler des faits théologiques. Nous savons tous que l’Histoire et le Politique ont parfois des influences notoires sur le Religieux, mais nous nous attachons à rester concentrés sur le religieux, afin de ne pas nous perdre en commentant encore et toujours une actualité anxiogène.

Nous avons récemment lancé une campagne ULULE pour aider à la réimpression du Guide Coran : un outil méthodologique qui compile des exégèses, du lexique, afin de faciliter la compréhension de certains versets du Coran qui sont instrumentalisés et utilisés à des fins opposées à celles de leur révélation.

Plus que jamais, il est temps de s’investir pour la défense de l’image de l’islam, laquelle est détériorée par des individus extrémistes, et des politiciens véreux, qui ont tous en commun d’imposer leur vision de la religion pour semer la haine et la peur dans le cœur des citoyens.

Notre média se veut avoir une approche en théologie comparée mais ne s’est jamais caché d’être tenus par des personnes de confession musulmane.

 

Et pour parler plus personnellement, nous voulons insister sur un point. L’islam est une religion qui prône la justice, et qui s’implique particulièrement dans la défense des victimes d’injustice. Que ce soit par des actes simples comme la prière, l’aumône obligatoire, l’exercice de la charité, l’islam lutte activement pour la paix, laquelle passe forcément par des peuples en sécurité et par une application de la Justice et du Droit stricte et implacable. Nous condamnons les actes barbares, violents, les tueries, commis au nom de notre religion. Mais nous condamnons également les « ripostes » donnant lieu à des agissements du même acabit, et nous sommes d’ailleurs très souvent engagés auprès des institutions humanitaires dénonçant les pratiques injustes et condamnant les exactions qualifiées de « défense » ou « riposte ».

Et ce, et c’est tout l’objet d’ILETAIT1FOI, en dehors de toute perspective religieuse. La condamnation sera la même si les injustices sont commises par des juifs, des chrétiens et des musulmans. Il ne s’agit pas ici de stigmatiser les communautés juives, chrétiennes, ou musulmanes, qui sont toutes les trois touchées actuellement, bien au contraire. L’objectif du témoignage partagé et de notre texte sur l’interreligieux se veut faire tout le contraire : notre média s’implique et s’impliquera toujours dans la défense des injustices, dans les luttes contre la désinformation, la haine, les dérives sectaires, les extrémismes, et le rejet de l’autre.

Même lorsque l’actualité est brûlante, que la haine est partout, et que c’est plus difficile. C’est la mission que nous pensons nous être confiée par Dieu alors nous en resterons dignes.

Église
bottom of page